C’est quoi un CDI ?

V

Lundi 29 avril 2019, les CM2 B et bilingues se sont rendus au collège Sainte-Anne afin de se familiariser avec le fonctionnement du CDI : Centre de Documentation et d’Information.

Ils ont tout d’abord rencontré Madame Touzeau, professeur-documentaliste. Elle est bibliothécaire et travaille en lien avec les matières étudiées en classe.

Ils ont aussi observé cette phrase :

« Les erreurs sont la preuve que j’ai essayé. »

Un CDI ce n’est pas tout à fait comme une bibliothèque même si on y respecte les mêmes règles. C’est comme une salle de classe, c’est un lieu de travail. Le silence et le calme sont exigés. On peut y venir pendant les récréations, les permanences. Marie-Josée accepte jusqu’à 80 élèves (surtout lorsque le temps est mauvais) !

Les enfants ont fréquenté les différents espaces à l’aide du jeu Alphabetdoc.

1/ le kiosque Onisep contient tout ce qui a trait à l’orientation : les élèves du collège commencent à se renseigner sur les métiers qu’ils veulent faire plus tard dès la classe de 5ème.

2/ La zone Web (11 postes connectés)

3/ La zone fictions contient tout ce qu’on prend pour se détendre, passer du bon temps : BD, romans, poésies, contes, fables, nouvelles, mangas

D’une manière générale, le CDI est divisé en deux zones :

  • l’espace détente
  • l’espace travail qui contient aussi des encyclopédies, des manuels scolaires, des dictionnaires, etc.

Les élèves ont du retrouver des mots spécifiques au CDI, un pour chaque lettre de l’alphabet.

Attention ! Une consigne précise a été donnée : ce sont des objets que l’on peut prendre dans la main.

Les gagnantes ont été Charlotte et Andréa en CM2 bilingues.

A comme archives, armoire, art, affiches, albums,

B comme BD, biologie, bibliothèque

C comme clavier, chaise, conte, cartes

D comme dictionnaire, documentaires, dessins, drapeau

E comme exposés, encyclopédies, étagères

F comme fiction

G comme géographie, guide

H comme histoire, horloge, histoires, haut-parleurs

I comme informations, informatique

J comme jeux

etc.

Les enfants se sont montrés intéressés par cette découverte même si certains avaient déjà eu l’occasion de fréquenter un tel lieu.

Journée mondiale de l’Eau

Vendredi 22 mars 2019, les élèves de CM1-CM2 B et de CM2 A se sont rendus aux ateliers des Capucins à Brest afin de participer à la Journée Mondiale de l’Eau. Au programme, une série de six ateliers tournants avec les thèmes suivants :

– Bretagne vivante : mieux connaître les zones humides,

– Les petits Débrouillards : l’eau dans tous ses états,

– Electriciens sans frontières,

– Vidéos de solidarité internationale,

  • Cercle des Etudiants Naturalistes Brestois – les microplastiques dans les océans,
  • Amitié Madagascar Bretagne (l’eau pêle-mêle).

Première étape :

Les enfants ont rencontré les membres de Bretagne Vivante : une association chargée de la protection de l’environnement qui organise des ateliers et des animations pour mieux connaître la biodiversité, et mieux la protéger ; elle est présente à Brest et dans toute la Bretagne !

L’eau source de vie

En résumé, les zones humides sont un peu comme des éponges : elles servent de réservoir, elles retiennent l’eau, puis l’eau s’en va : dans les ruisseaux, les rivières, les lacs, où on la prélève pour la nettoyer et l’envoyer vers les robinets des habitations. Les zones humides servent de refuge, permettent d’éviter les inondations, protègent beaucoup les animaux et les plantes. Ce sont des endroits dans lesquels il y a beaucoup d’eau dans la terre.

Or, beaucoup de zones humides disparaissent au fil des ans, remplacées par des constructions, des parkings, etc. Cela implique la disparition de certaines plantes et animaux spéciaux qui vivent exclusivement dans les zones humides.

Quelques exemples de zones humides :

Une rivière, un torrent, un ruisseau, un estuaire, un étang, un lac, une tourbière, une prairie humide, un lavoir, un marais, une mare naturelle…

Les enfants ont participé à des jeux afin de mieux comprendre les enjeux de ces zones humides.

Etape numéro 2 :

Site internet : http://www.lespetitsdebrouillards.org/

Les Petits débrouillards, c’est une association qui a pour objectifs : une vulgarisation par la démarche expérimentale des sciences humaines, des sciences pures, une approche scientifique par le jeu.

Les enfants ont réalisé des expériences afin de mieux comprendre le cycle de l’eau.

1er défi

Faire flotter de la pâte à modeler, puis faire flotter le trombone.

2ème défi

Pêcher le glaçon

Ingrédients : un glaçon, un bout de ficelle, du sel.

Solution : Mettre le bout de laine sur le glaçon, mettre le sel dessus et attendre. C’est le même procédé quand on met du sel sur les routes.

Les enfants ont beaucoup apprécié des petites expériences que l’on peut facilement refaire à la maison.

Stand numéro 3 : Electriciens sans frontières compte une soixantaine de personnes dans la Bretagne, 1300 dans toute la France.

Un constat : Au Burkina Faso, les enfants mettent une demi-heure à trouver de l’eau, ils rapportent 15 litres, 15 kg à porter, tous les matins tous les jours.

En Haïti, des petites filles passent deux heures à aller chercher de l’eau.

Les Africains ont besoin d’aide pour avoir de l’eau à disposition, notamment dans les écoles.

L’association Electriciens sans Frontières, s’occupe de creuser et d’effectuer des forages, parfois à plus de 70 ou 80 mètres afin d’accéder aux réserves d’eau. Ils peuvent le faire grâce à des donateurs, la ville de Brest, des syndicats d’eau et d’électricité, des fondations, etc.

Les enfants ont pû observer la modélisation d’un forage dans un hôpital. Cela fonctionne selon le principe du château d’eau, il faut tourner une pompe pour remonter l’eau. Le but est maintenant d’utiliser un moteur et de créer de l’électricité afin de faciliter le travail (à l’aide de panneaux solaires).

Etape 4

Les enfants ont visionné les vidéos de solidarité internationale :

La gestion de l’eau et de la pollution de l’eau au Sahel

Les solutions pour économiser l’eau

L’accès à l’eau dans les écoles.

L’eau sur terre : origine et quantité utilisable sur terre.

Stand 5 : Cercle des Etudiants Naturalistes Brestois.

Les enfants ont observé le cheminement d’une bouteille à la mer. Le sel et la mer dégradent la bouteille, les morceaux de plastique deviennent très petits et se transforment en plastiques invisibles que l’on appelle des micro plastiques.

Les étudiants ont parlé aux enfants du septième continent : une zone où il y a énormément de plastiques rassemblés par le gyre. Des courants forment des tourbillons et amassent tous les plastiques qui se trouvent dans les océans. Les animaux marins ingèrent ces plastiques et cela a un impact également sur les larves d’animaux.

Dernière étape : Amitiés Madagascar Bretagne

Une association qui s’occupe de l’éducation et de la formation professionnelle, C’est un centre de formation rurale, où les jeunes peuvent se former aux cultures légumières et petits métiers.

Les enfants ont déjeuné dans le jardin du plateau des Capucins et ont profité d’une heure de midi très ensoleillée.

La journée a été très riche pour les enfants !

Cela leur a permis d’appréhender les enjeux de l’eau dans des contextes et environnements variés.

Au dodo !

Le thème d’année du projet Eco-école est la santé cette année.

Dans ce cadre, Marjorie LAVAUD, diététicienne référente auprès du pôle jeunesse et famille, travaille pour Défi Santé Nutrition, association de prévention nutritionnelle. Elle intervient essentiellement dans les écoles et les collèges auprès des jeunes.

Lundi 28 janvier et vendredi 1er février, les élèves de CM ont assisté à une intervention sur le thème du sommeil, animée par Marjorie.

A cette occasion, les enfants ont pu observer le train du sommeil et détailler les principales phases : sommeil léger, sommeil profond et sommeil paradoxal.

Un enfant doit dormir environ 10 heures, un adolescent environ 9 heures et un adulte 7 heures. Sommeil et nutrition sont étroitement liés. Le train du sommeil dure 90 minutes pendant lesquelles différentes phases se succèdent.

Avant de dormir, des signaux indiquent à notre corps qu’il est temps de se coucher : frissons, bâillements, les yeux qui piquent. Il existe des voleurs de sommeils : les écrans, un repas riche en graisses ou en quantité, les disputes, l’énervement.

Et des copains du sommeil : un gros câlin, la méditation, les puzzles, la lecture, toucher quelque chose de doux (les doudous).

Les bienfaits du sommeil sont les suivants pendant la nuit : le corps grandit, on mémorise les choses qu’on a apprises dans la journée, récupérer, regagner de l’énergie.

Parfois, le soir on a besoin de temps pour s’endormir : 20 minutes. On a aussi besoin d’une couverture pour dormir, sinon on perd de la chaleur.

Les enfants ont aussi parlé de leurs expériences personnelles en matière de sommeil et d’endormissement.

Cette intervention a été l’occasion de rappeler quelques principes de bon sens.

Nous aussi on fait d’la philo !

Nous avons rencontré Jean-Paul Guillou le 11 novembre 2018, pour un atelier de philosophie sur le thème : « Faut-il prendre soin de soi ? »

Pendant une heure, nous avons échangé nos points de vue.

Nous sommes arrivés à la conclusion que pour prendre soin de soi, il faut : s’entretenir,

faire du sport,

manger de bons aliments,

se respecter,

sortir,

jouer,

se promener,

bien dormir,

écouter les adultes (mettre son manteau quand il pleut).

Nous devons aussi laisser s’exprimer nos émotions.

A l’inverse, beaucoup de personnes qui fument ont des cancers. Cela n’est pas prendre soin de soi…

Une autre fois, nous avons débattu sur le sujet : « c’est quoi un ami ? »

Plusieurs élèves ont dit : un ami c’est quelqu’un à qui nous pouvons faire confiance, nous pouvons compter sur lui, jouer avec lui, s’entre aider, partager des plaisirs, lui dire des secrets,des rêves… Nous pouvons être en désaccord. Il nous comprend, nous ne l’oublierons jamais. C’est la différence entre un copain et un ami : un copain nous pouvons l’oublier…

Armand/Julian (CM1/CM2 Bilingue)

Une Youtubeuse à St Pierre

Mardi 15 janvier 2019, Cécile Bonnet, active sur Youtube, est venue sensibiliser les enfants à la démarche « Zéro déchets » c’est-à-dire réduire au maximum la quantité de déchets. Les enfants ont pu échanger sur le devenir de nos déchets et les conséquences sur la planète et plus particulièrement sur le plastique qui s’est largement répandu dans les années 70 afin de faciliter la vie des gens.

Cécile est venue avec sa poubelle de déchets non recyclables. Les élèves ont pu sentir qu’il n’y avait pas d’odeur particulière. Nous avons détaillé le contenu du petit pot de verre (déchets pour une durée de 15 jours pour une famille de 3 personnes).

  • du scotch pour emballer les cartons
  • des étiquettes de vêtements
  • un élastique cassé
  • des écouteurs
  • un emballage de médicaments
  • un emballage de papier toilette
  • une boîte de bonbons tic tac.

D’une manière générale, il y a beaucoup de plastique, qu’on ne peut pas mettre dans la poubelle jaune. Et le plastique qu’on peut y mettre n’est souvent recyclé que à hauteur de 15%.

Le mieux est d’éviter le tri car ce n’est pas la solution idéale. Par ailleurs, on ne peut recycler le plastique à l’infini. Les enfants ont évoqué la présence d’un « sixième continent » avec uniquement du plastique.

Un autre matériau, par contre, se recycle à l’infini : le verre.

Cette intervention a été aussi l’occasion pour les élèves de s’interroger sur les habitudes de consommation : fast-food, cadeaux de Noël, etc.

Cécile est plus spécialisée dans les profils atypiques (douance : précocité, hpi haut potentiel intellectuel) qu’elle évoque fréquemment sur sa chaîne youtube.

Déchet : quelque chose que l’on jette parce qu’on en n’a plus besoin.

Les 100 ans de la Grande Guerre

Le centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 s’est déroulé le dimanche 11 novembre 2018 à 11 h, place du monument aux morts.

Pour ce centenaire, une messe ainsi qu’une belle Cérémonie, a rendu hommage aux soldats morts, et plus particulièrement aux soldats Plougastellen morts, pour la France pendant la Grande Guerre.

Pendant la cérémonie, les élèves des écoles ont chanté La Marseillaise et ont lu les noms des 216 Poilus de la commune « Morts pour la France ». Les élèves de CM2 C avaient pour l’occasion préparé une carte de France et un planisphère situant les lieux de décès des soldats originaires de Plougastel ; ces deux cartes étaient affichées dans la salle des mariages…